Un périple européen…

J’ai quitté la Somalie en 2013. J’avais 16 ans.

Moi je suis allée dans plusieurs pays européens. Italie, Belgique, Suède et France. Ailleurs j’étais bien. Ici j’ai connu les vraies galères. Au début je suis allé en Libye. Puis en Italie, en novembre 2013. Là bas c’est pas un pays européens, là bas ils sont tous racistes, ils nous traitaient comme des statues. Même la police ne t’aide pas. Ils nous ont mis dans un bus et nous ont emmené dans la campagne. Là bas nous sommes pas comme des émigrants, ils nous traitent comme des nègres, comme des esclaves. Ils nous font travailler. On était 7 et on a eu la chance de s’enfuir. Là bas y a personnes, des arbres, des animaux. Après j’étais très malade et je me suis dit que je devais partir de là bas. Je suis allé en Suède. J’ai payé un passeur qui m’a proposé d’aller soit en Allemagne, soit en Suède. En Suède ils m’ont dit il faut retourner en Italie parce que j’avais donné mes empreintes là bas. Je suis restée 6 mois en Suède. C’était en 2014.

Puis je suis allé en Belgique. Je suis resté 1 an et demi en Belgique. J’étais à Liège. J’ai fait une demande d’asile en Belgique mais ils m’ont donné une réponse négative.
J’ai été scolarisé en Belgique. Au bout d’un an et demi l’administration a refusé mon dossier. Je vivais bien en Belgique. Mais ils ont attendu que j’ai 18 ans et ils m’ont donné un avis négatif.

Je suis retourné en Suède en bus. Et je suis resté 1 an sans me déclarer. Je vivais chez une femme suédoise qui m’aidait, une dame âgée. En Suède le contrôle et très fort et c’est impossible de travailler, je suis resté 1 an sans rien faire. En Suède j’étais à Opsale, c’est une ville grande comme Marseille ou Toulouse. J’ai passé trois mois dans une mosquée et au bout d’un moment un suédois blanc mais musulman m’a fait rencontrer sa tante âgée et malade pour que je l’aide et qu’elle m’héberge. Elle me donnait un peu d’argent et j’ai économisé. Je n’avais rien à faire, j’apprenais la langue en même temps.

Puis j’ai appelé mon père en Somalie et il m’a dit part en France.

Je suis allé à Paris. Pendant 3 mois. J’étais à la Chapelle, dans un jardin. Avant je me livre pas sans avoir confiance, après ils m’ont conseillé (les personnes qui dormaient dans la rue, les autres migrants) de partir dans une autre ville de France. A Paris il y avait trop de monde. C’était en mars 2017. Je suis allé à Nice puis à Marseille.

…et une dérive marseillaise

J’ai demandé l’asile à Marseille. Ils m’ont donné un rendez vous. La première fois je suis parti à la Préfecture, je ne savais pas où aller. La Préfecture m’a dit ce n’est pas ici pour demander l’asile, ils m’ont donné le plan pour aller à la Plateforme Asile. Je suis allé là bas et ils m’ont dit de revenir le lendemain parce qu’ils prennent 15 personnes, moi j’étais trentième et il fallait que je reviennes le lendemain. Le lendemain je suis retourné et j’ai raconté mon histoire ; ils m’ont donné un rendez-vous pour aller en Préfecture, 25 jours après.

J’ai donné mes empreintes et il m’ont dit que je devais partir en Italie. J’ai passé 1 mois et après 3 mois, en tout 4 mois en Dublin et ensuite ils m’ont passés en procédure normale.

Adnan avait donné ses empreintes en Italie en 2013. il n’y avait aucune raison légale de le placer en Procédure Dublin car la responsabilité de l’État tombe s’il n’y a pas de prise d’empreinte dans les 12 mois.

C’était en juillet 2017 que j’ai été placé en procédure normale. J’ai fait le dossier de l’OFPRA, une assistante qui travaille à la Plateforme m’a aidé à remplir le dossier, y avait un traducteur en somalien pour bien expliquer mon histoire. Maintenant j’attends la convocation pour l’OFPRA.

Pourquoi ils ne nous laissent pas travailler. En tant qu’être humain on ne comprend pas pourquoi on nous laisse pas avoir une vie décente.

J’ai deux amis Somaliens qui sont repartis en Italie parce qu’ils ne pouvaient pas rester ici dans la rue. Moi je préfères la mort plutôt que de retourner en Italie.

Je perçois l’argent de l’OFII. Tous les 5 du mois. Quand j’étais en Dublin j’avais 158 euros toutes les 2 semaines et maintenant que suis en procédure normal j’ai 345 par mois.

Les hôtels c’est 500 euros par mois… Moi ce que je veux c’est être tranquille ; même si vous trouvez un endroit où dormir, je donne tout l’argent que j’ai sur moi pour être tranquille…

Pour manger y a des endroits où on mange, je vais chez les sœurs au boulevard National… manger y a pas de problème, c’est pas compliqué.  À la Plateforme ils m’ont dit d’aller au Refuge mais là bas c’est juste café… je n’y vais plus ; je vais prendre le café à SOS Voyageurs, à la Gare Saint-Charles.

J’envoie de l’argent à ma mère… c’est la famille à Mogadiscio, avec mes frères et sœurs. Mon père est décédé. Nous on a 5 présidents, un seul pays et 5 présidents… les problèmes c’est pas les gens c’est la politique ! Chaque tribu a un groupe qui se bat ; si une personne veut te connaître là bas il va pas te demander ton nom mais de quelle tribu tu viens. Depuis 1991 c’est comme ça… j’étais pas né quand ça a commencé mais maintenant…

En Lybie, comme un esclave

En Libye je voulais mourir… ils m’ont attaché au pied avec un fer (il nous montre sa cheville avec la trace des blessures du fer…) de comme un esclave ils m’ont fait travailler… ils m’ont mis en prison parce que je n’avais pas d’argent pour payer ma liberté… j’ai travaillé comme un esclave… maintenant quand je vois un libyen j’ai peur… ils m’ont tellement mis la haine que j’ai peur d’eux…

J’ai changé… je ne suis plus la même personnes… j’ai vécu tellement de choses je n’ai pas eu 24h de joie depuis des années… moi j’aimerai bien oublier : quand je parle de tout ça j’ai mal, et quand je parle à quelqu’un de tout ça il a mal aussi, mais pas autant que moi…

Neuf mois dans la rue

Maintenant j’attends l’interview à l’OFPRA mais je me sens très faible pour reparler de tout ça…

J’aimerai dire à tous qu’il faut traiter les gens de la façon dont on veut soi même être traités. On est des êtres humains aussi. Cette terre est grande et il y a un dieu et pourquoi on est pas tous égaux, y a des gens qui meurent, des gens qui sont riches, d’autres qui sont malades, pourquoi on est comme ça…

Ici j’arrive, je suis dehors, j’ai pas de famille… un jour je suis allé à l’OFII, j’étais trop malade dans la tête, je leur ai dit renvoyez-moi dans mon pays, je veux mourir, ils m’ont répondu qu’ils ne pouvaient pas parce que je viens d’un pays en guerre… mais ici je suis dans la rue… ils s’en fichent… ça fait 9 mois que je suis là, que j’ai personne et ils s’en fichent, ils m’ont juste remis dehors. Ils m’ont dit « t’es jeune, toi tu peux t’en sortir »… Ils ont aussi dit que c’est les familles qui ont des hébergement…
Cette veste, c’est SOS qui me l’a donnée, mes chaussures je les ai depuis la Libye… Au Manba ils m’ont donné des habits…

On lui demande s’il a la carte de bus RTM – la gratuité des transports – il n’est pas au courant que ça existe. Il ne l’a pas alors qu’il y a droit car à Marseille depuis plus de 6 mois…

Moi je ne savais pas que j’avais ce droit là…ça me ferait de bien de pouvoir bouger un peu, ça me changerait la tête…